Le 15 mars 1978, Claude François était enterré au cimetière de Dannemois. Mais ce que les fans en deuil ne savaient pas, c'est que pendant ce temps là, à Paris, ses bureaux étaient cambriolés. "Il faut savoir que le jour de son enterrement, mon père s'est fait cambrioler ses bureaux, qui ont été vidés. Ils abritaient pas mal d'enregistrements. D'autres sont restés après sa mort dans des studios où il travaillait et ont fini par être volés et revendus sous le manteau", révèle son fils Claude François Junior dans une interview accordée au Parisien. Une cinquantaine de bandes auraient alors été volées. Des enregistrements inédits que vont bientôt pouvoir découvrir les fans, 40 ans après la mort de leur idole, puisqu'une partie d'entre eux vont sortir sous la forme d'un vinyle exceptionnel publié à seulement 1000 exemplaires pour le moment. Parmi ces chansons retrouvées par des fans, des versions alternatives, mais aussi des morceaux totalement inédits jamais sortis comme "Les amies de toujours" dont le refrain fait penser à celui d'"Une chanson française". "Je ne la connaissais pas, à part en maquette. C'est un morceau que mon père avait mis de côté", explique dans Le Parisien Claude François Junior. En juin prochain, un autre vinyle devrait sortir avec 17 chansons enregistrées pendant un concert en 1969. Le fils du chanteur annonce cinq sorties par an. La carrière posthume de Claude François est loin d'être terminée.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés