Nicolas Doze décortique dans sa chronique éco les conséquences de l'élection du prochain chancelier allemand. La différence se fera avec la présence ou non du parti social-démocrate SPD que est pro Union européenne.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés