À Pékin, le taux de particules fines présentes dans l'atmosphère est six fois supérieur aux plus gros pics que connaît Paris. En Chine, la pollution tue indirectement un million et demi de personnes par an. En cause, ce ne sont pas tant les voitures que le recours systématique au charbon, moteur de la croissance économique de l'Empire du Milieu.Dans les régions industrielles au coeur de la Chine, ce sont souvent les mineurs les plus touchés.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés