La direction de l'hôpital de Chambéry a alerté les enquêteurs sur un quatrième décès suspect. La mort de ce nourrisson remonte au mois de mars 2013. Admis au service de réanimation néonatale de l'hôpital, il avait lui aussi été nourri avec une poche provenant du laboratoire Marette. L'enquête pour homicide et blessures involontaires concernant les trois autres bébés décédés se poursuit.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés