Finalement, Roman Polanski renonce, il ne présidera pas la prochaine cérémonie des Césars, les récompenses du cinéma français. Les associations féministes dénonçaient le choix d'un homme qui fait toujours l'objet d'accusations de viol sur mineure. Une affaire qui remonte à 1977, aux États-Unis, où il est toujours considéré comme un fugitif.

'Je l'ai eu au téléphone hier soir et je pense qu'il ne fallait pas ajouter des problèmes au problème. Et il est très meurtri. C'est une affaire qu'il faut bien, bien connaître pour pouvoir en parler. Donc moi-même, je la connais bien mais je ne vais pas ajouter mes propres commentaires', a réagi le directeur du festival de Cannes Thierry Frémeaux, qui connait bien le cinéaste.

Les féministes se sont réjouies de cette décision, à l'instar de Caroline de Haas.

Bonne nouvelle. Si notre société pouvait enfin sortir du déni vis à vis des violences sexuelles, ça serait top ! #Polanski- Caroline De Haas (@carolinedehaas) 24 January 2017

Cette affaire refait régulièrement surface dans la vie de Roman Polanski, aujourd'hui âgé de 83 ans. En décembre, la cour suprême polonaise a par exemple clos une procédure d'extradition initiée par Washington.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés