Le V de la victoire n'était pas de rigueur au festival de Cannes pour Cédric Herrou. Alors que fouler le tapis rouge du prestigieux festival reste une consécration pour les acteurs, l'agriculteur défenseur des migrants y voit plutôt un tremplin pour défendre son combat. Une bataille racontée dans le documentaire "À tous vents" réalisé par Michel Toesca et dans lequel Cédric Herrou joue son propre rôle.

" Je vais monter les marches du Festival de Cannes comme j'ai monté les marches du palais de justice, en gardant la tête froide et avec le but final qui est en fait, de parler, de dénoncer et de porter mon témoignage sur ce qui se passe en france et précisément dans la Roya ", explique Cédric Herrou.

Car avant de fouler les marches du festival de Cannes, ce sont celles des tribunaux que Cédric Herrou a montées, jugé à plusieurs reprises pour son aide à des réfugiés majoritairement africains. L'année dernière, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour aide à l'immigration clandestine.

"À tous vents" retrace la rencontre des habitants de la Roya, une vallée du sud de la France et des réfugiés qui y arrivent en tentant de passer la frontière franco-italienne. Depuis trois ans, Cédric Herrou en accueilli et aidé des dizaines.

Le documentaire "À tous vents" rebaptisé "Libre", était présenté à Cannes hors compétition, en séance spéciale.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés