Sur huit raffineries en France, quatre restaient à l'arrêt ou partiellement touchées par des grèves tandis que trois restaient bloquées par des barrages. Manuel Valls, pour qui "reculer n'est pas une option", qualifie ces actions de chantage.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés