Bruno Le Maire aurait-il était placé "sous surveillance" par Edouard Philippe ? C'est ce que révèle un proche dans le JDD ce dimanche 18 mars. C'est lui qui a milité pour son entrée au gouvernement, mais le Premier ministre serait toujours sur le qui-vive avec son ministre de l'Economie et des Finances. Il n'aurait pas digéré qu'il ait osé critiquer le calendrier des baisses d'impôts fait lui-même l'annonce de la cession de 10 milliards d'euros d'actifs. "Il se répandait sur le thème "Macron et moi". Edouard était très agacé", explique un ancien lemairiste au JDD. Depuis, les relations se seraient apaisées, car Bruno Le Maire fait profil bas, concentré à sa tâche. "Il faut qu'il se nettoie de ce soupçon d'ambition", analyse dans l'hebdomadaire un ami du chef du gouvernement. Pourtant, s'il reste uniquement concentré sur les dossiers liés à son ministère, il n'a pas perdu sa singularité. "Discipliné", certes, mais pas disposé à "mettre de l'eau dans son vin", précise le principal intéressé au JDD. Pour le moment Bercy est le seul projet de l'ancien candidat à la primaire de la droite. "J'ai beaucoup couru. Il faut se poser et agir. C'est ce que je fais. On verra où ça mène", commente Bruno Le Maire dans le JDD. Un personnage qui reste à surveiller.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés