La Constitution birmane empêche l'opposante de 70 ans de devenir présidente, mais elle a assuré lors d'une conférence de presse qu'elle dirigera le gouvernement, si son parti l'emporte dimanche lors des élections législatives. Aung San Suu Kyi est pour la première fois de l'histoire de la Birmanie en mesure de prendre la tête du pays.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés