Accueillis par des associations mais accusés de squatter la ville par le maire de Béziers, Robert Ménard, des réfugiés syriens ont décidé de nettoyer le quartier populaire de La Devèze, dimanche dernier. "On avait peur que l'on nous accuse à tort d'avoir sali les abords des immeubles", a expliqué Fadi, une réfugiée syrienne. Le maire n'a pas changé d'avis pour autant.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés