Vidéo associée: 

Publié le 27/02/2018

Berlusconi, "l'immortel" de la politique

Corps: 

Voilà maintenant plus d'un quart de siècle que l'histoire personnelle de Silvio Berlusconi se confond avec celle de l'Italie. Aujourd'hui encore, celui qui aime se faire appeler "il Cavaliere" truste les postes de responsabilités dans la politique et les médias.

Silvio Berlusconi collectionne les surnoms comme il collectionne les poursuites judiciaires. Un de ses amis le surnomme "l'immortel" mais Berlusconi ne fut condamné qu'une seule fois, le 1er août dernier. Cette condamnation pour fraude fiscale le rend aujourd'hui inéligible.

Malgré sa condamnation, le "Caiman" reste omniprésent sur les radios et les télévisions : Berlusconi s'imagine volontiers occuper encore longtemps le rôle d'un chef d'orchestre qui resterait en coulisse.

"Son éminence" est toujours à la tête de Forza Italia, le parti qu'il a fondé en 1994.

A l'époque Berlusconi dirigeait trois chaînes de télévision, plusieurs quotidiens, le Milan AC et il se lançait dans la politique.

Dans cette période charnière entre deux siècles, Berlusconi revient trois fois à la tête du gouvernement italien avant de céder le pouvoir en 2011.

L'ancien président du Conseil Matteo Renzi dit de Berlusconi qu'il est "comme un chat au carré" et qu'il a "douze ou treize vies".

Lui-même pense qu'il vivra jusqu'à 120 ans et refuse de se désigner un successeur. "Je suis comme le bon vin", dit Berlusconi, "en vieillissant je m'améliore et maintenant, je suis parfait."

Certains de ses ennemis raillent son maquillage épais et le surnomment "il Tapone" pour moquer son physique trapu mais rien ne semble vraiment l'atteindre.

À 81 ans, Silvio Berlusconi reste l'homme fort de la droite italienne et son parti domine l'alliance qu'il conduit avec Ligue du Nord et les Frères d'Italie.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité