A l'occasion de sa rencontre avec des députés français, le président syrien a accordé sa première interview à la presse française depuis le reprise d'Alep. Il justifie les bombardements en expliquant que "c'était le prix à payer".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés