C'était une bombe factice assure le PDG d'Air France. Mais les pilotes n'ont voulu prendre aucun risque. La nuit dernière, le vol AF 463 entre l'île Maurice et Paris a fait un atterissage d'urgence à Mombasa au Kenya. En cause : un colis suspect découvert dans les toilettes. Une alerte à la bombe a été aussitôt déclenchée et l'appareil s'est dérouté. Les 473 personnes à bord ont été évacuées pendant que l'engin suspect a été analysé. Très vite les autoritès de l'aéroport kenyan ont affirmé qu'il s'agissait d'une bombe et que l'engin avait été neutralisé.

Ce n'est que dimanche en milieu d'après-midi que la compagnie aérienne française a démenti l'information.
L'objet suspect découvert était 'un ensemble composé de cartons et d'une espèce de minuteur' a indiqué le PDG d'Air France pour qui il s'agit d'une plaisanterie de 'mauvais goût', 'un comportement criminel'.
De nombreuses zones d'ombre demeurent néanmoins : pourquoi ces cartons ont-ils été assemblés comme s'il s'agissait d'une bombe et pourquoi ont-ils été déposés dans les toilettes de l'appareil ? Air France a porté plainte, une enquête est ouverte.

Un avion d'Air France atterrit en urgence au Kenya après une alerte à la bombe: Un objet suspecté d'être une b... https://t.co/fkyiESvFsn- Jérôme Laurent (@Jerome_Laurent) 20 Décembre 2015

FLASH - AirFranceFR porte plainte pour "une fausse alerte" >> https://t.co/XmXN1R20x1 #Kenya pic.twitter.com/nEnzBroo0K- Le Figaro (Le_Figaro) 20 Décembre 2015

#Kenya - Vol #AF463 : six personnes seraient actuellement interrogés (médias) https://t.co/46TFrlVUX2 pic.twitter.com/7cSnPrNmA5- RT France (@RTenfrancais) 20 Décembre 2015

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés