"C'est pas parce qu'un jeune est en difficulté, dans la galère, d'origine immigrée ou converti dans un quartier à cause du poids d'un islam radical, qu'on devient terroriste," a déclaré deux semaines après les attentats le Premier ministre, à Evry.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés