D'après l'ancien chef de l'unité de lutte anti-terroriste Jacques Poinas, la fuite de Salah Abdeslam, un des suspects des attentats du 13 novembre, serait probablement dû à un imprévu. Il explique que le fugitif n'aurait rien planifié et n'aurait pas de point de chute prédéfini ou de plan pour rejoindre notamment la Syrie.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés