Devant les policiers, Sid Ahmed Ghlam serait, semble-t-il, mutique. L'avocat Pierre-Ann Laugery explique les implications d'un tel comportement : "S'il est mutique, on le laisse mutique. On ne peut pas faire grand-chose. (...) Il a le droit de ne pas s'exprimer."

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés