Trois jours après l'attentat à Ouagadougou, au Burkina Faso, l'enquête se poursuit. La police judiciaire parisienne est encore au travail pour faire toute la lumière sur cette attaque terroriste. Blessé par une balle de kalachnikov, Shado s'est retrouvé devant un des jihadistes qui a essayé de le tuer. "J'ai eu l'instinct de me retourner et de courir", a-t-il raconté à TF1. Proche des Burkinabés, la communauté française est en deuil. "On a toujours bien vécu ici", témoigne un propriétaire d'hôtel français, qui ne compte pas s'en aller.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés