Condamné à mort pour avoir participé à des manifestations en 2012, Ali Mohammed al-Nimr doit être décapité puis crucifié, avant que son corps ne soit exposé publiquement jusqu'au pourrissement. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #FreeNimr a été lancé en signe de résistance.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés