Les larmes sont toujours présentes dans les yeux des turcs, mais à cela se mêle la colère. Après les attentats qui ont fait samedi dernier au moins 97 morts et 500 blessés, les rancoeurs contre l'homme fort du pays, Recep Tayyip Erdogan, sont ravivées. Il est notamment accusé par ses opposants de complaisance vis-à-vis des terroristes islamistes.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés