La chancelière allemande l’a dit hier au nouveau Premier ministre chinois. Elle recevait pour la première fois Li Keqiang depuis sa prise de fonction en mars dernier.

En campagne pour un troisième mandat fin septembre, Angela Merkel est mise sous pression par l’industrie allemande qui aurait beaucoup à perdre dans un conflit économique avec l’Empire du Milieu.

La chancelière allemande entend plaider la voie du dialogue entre Bruxelles et Pékin en particulier sur le dossier des panneaux solaires importés de Chine. La Commission européenne veut les taxer fortement afin de protéger les entreprises européennes d’une concurrence qu’elle estime déloyale.

Argument rejeté vivement par les dirigeants chinois qui rappellent que la Chine est un énorme débouché pour les produits européens à l’exportation et donc un relai de croissance fortement utile pour un continent en crise.

Publicité

Contenus sponsorisés