Pour la première fois dans l'histoire de la cosmétique bio, professionnels et associations s'unissent pour alerter le consommateur sur un risque de tromperie. Une norme européenne devrait être mise en place début 2018. Elle est censée définir ce que sont les cosmétiques naturels et bio, mais elle peut semer le trouble chez les consommateurs. Par exemple, cette norme n'imposera aucun minimal de produit bio. Des produits contenant des polluants mais aussi des perturbateurs endocriniens pourraient notamment être considérés comme bio une fois cette norme entrée en vigueur. Pour les professionnels, cette norme est un label bio au rabais qui trompera les consommateurs. "Il y a une confusion pour le consommateur, parce qu'il y a une multitude de logos et cette norme ne va rien arranger de ce point de vue-là", explique Nicolas Bertrand, directeur du développement de Cosmebio.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés