Quatre jours après les tensions et les dérapages racistes, les nationalistes revendiquent lundi une "conception ouverte et généreuse du peuple corse". Pour Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, "Le moment est venu de retourner au calme, et à l'apaisement"

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés