Vidéo associée: 

Publié le 13/03/2018

Affaire Skripal : Theresa May maintient son ultimatum

Corps: 

L'heure tourne pour la Russie. Le pays est sommé d'expliquer comment un ancien espion russe et sa fille ont pu être empoisonnés sur le sol britannique avec un agent innervant mis au point par la Russie. La Première ministre britannique a donné à Moscou jusqu'à minuit pour répondre, faute de quoi Theresa May promet une pluie de sanctions. Parmi les pistes envisagées, le boycott du Mondial 2018, l'expulsion de diplomates, mais aussi des mesures contre les banques et les oligarques russes.

Pour le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, la responsabilité de la Russie fait peu de doutes.

"Cela correspond à la manière de faire de Vladimir Poutine et de son régime, a-t-il déclaré . On assiste au soutien inconsidéré de l'usage d'armes chimiques que ce soit en Syrie ou dans les rues de Wiltshire, dans notre pays. Or j'ai été encouragé par la détermination de nos alliés à se dresser contre cela avec nous."

L'ex-agent double de 66 ans Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients sur un banc dans la ville de Salisbury il y a neuf jours. Ils sont toujours entre la vie et la mort. Pour le gouvernement britannique, de deux choses l'une. Soit la Russie a directement utilisé contre eux l'agent innervant, soit cette substance militaire a échappé à son contrôle.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet