Après l'échec de l'UMP aux élections européennes, l'heure est aux règlements de compte. Le parti est soupçonné d'avoir surfacturé des dizaines de prestations pour la société Bygmalion, au détriment de ses finances. Lorsque l'affaire a éclaté au grand jour, le président de l'UMP dénonçait un lynchage, une chasse à l'homme. Invité de Jean-Jacques Bourdin, lundi sur RMC et BFMTV, Jean-François Copé a reconnu avoir changé de ligne de défense.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés