C'est une fin d'année mouvementée qu'aura connu le Premier ministre. Une semaine pour répondre à la violence en Corse en affirmant que la " nation corse " n'existe pas. De plus en plus de voix qui s'élèvent dans son propre camp contre le projet de la déchéance de nationalité, et aujourd'hui, le désaveu public de Ségolène Royal sur le rejet des boues rouges dans les Calanques. A la veille d'un remaniement, le Premier ministre est-il menacé ?

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés