Si Raúl Castro n'est plus au pouvoir à Cuba, le nouveau gouvernement, tout juste approuvé par l'Assemblée nationale, a en revanche comme un air de déjà vu.

Élu en avril dernier, le président cubain Miguel Diaz-Canel a en effet nommé à des postes clés comme la Défense, l'Intérieur ou les Affaires étrangères, une majorité d'hommes et de femmes, qui étaient déjà ministres sous son prédécesseur.

Plutôt que la rupture, Miguel Diaz-Canel a donc choisi la continuité du règne Castro

Parallèlement, l'Assemblée nationale cubaine étudie un projet de nouvelle Constitution, qui doit être soumise au vote des députés avant un référendum national.

Si le texte réaffirme le rôle directeur du Parti communiste, il ouvre officiellement la voie aux investissements étrangers et à l'enrichissement privé... La référence à la "société communiste" disparaîtrait de la Constitution.

La nouvelle loi doit également ouvrir la voie à de nouveaux droits pour les citoyens, en particulier le mariage homosexuel.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés