Publié le 20/07/20181 vues

#AskSpace : à quand des fusées européennes réutilisables ?

Dans notre rubrique dédiée à vos questions sur l'Univers que vous nous avez envoyées via le hashtag #AskSpace , nous interrogeons cette fois, Giorgio Tumino, responsable du programme de développement Vega à l'Agence spatiale européenne (ESA) sur le site de production de ce lanceur de l'entreprise italienne Avio près de Rome. Jeremy Wilks, euronews : "Voici la question de Veronica Remondini : dans quelle mesure travaillons-nous en Europe, sur les fusées réutilisables ?" Giorgio Tumino, responsable du programme de développement Vega à l'ESA : "Oui, en fait, nous travaillons déjà sur leur réutilisation en Europe, en particulier au sein de l'ESA depuis plusieurs années. Je pense à la mission réussie menée par Vega lors du 4ème vol avec le démonstrateur de rentrée atmosphérique IXV lors de laquelle nous avons alors testé en vol toutes les technologies cruciales de rentrée. À plus long terme, quand on parle de Vega E et de l'investissement que nous faisons pour développer le moteur Lox-méthane - qui est intrinsèquement réutilisable -, on envisage sur le long terme de pouvoir ramener sur Terre non seulement le module de rentrée, mais aussi le module de service. Comme ça, l'étage complet pourra servir pour un nouveau lancement." Quid des propulsionsnucléaire, thermique solaire, électrique et laser ? Jeremy Wilks : "Nous avons aussi reçu une question d'Ed Bertony : existe-t-il aujourd'hui des alternatives à la combustion pour faire voler les fusées ?" Giorgio Tumino : "Il y a des moteurs qui sont plus performants que ceux qui utilisent la propulsion chimique : je fais référence à la propulsion nucléaire, thermique solaire, électrique et même à des choses plus futuristes comme la propulsion laser, les voiles solaires , etc. Le problème, c'est que ces technologies sont insuffisantes pour la poussée. Quand vous voulez vous arracher du sol, aller contre la gravité terrestre,il vous faut une énorme poussée et elle ne peut être donnée que par la propulsion chimique. Donc, je crois que ces technologies ne peuvent pas être utilisées pour les fusées aujourd'hui."
Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet