Suite à la diffusion du clip de campagne d'Eric Zemmour dans lequel il figure, Yann Barthès a annoncé que Quotidien allait engager des poursuites contre le candidat à la présidentielle puisqu'il s'agit d'images utilisées sans leur accord. C'est avec son sarcasme habituel que l'animateur a commenté cette actualité.
Yann Barthès annonce engager des poursuites après l'utilisation de son image dans Quotidien sans autorisation dans le clip de campagne d'Eric Zemmour

Depuis ce mardi 30 novembre, Eric Zemmour est officiellement candidat à l'élection présidentielle de 2022. Après avoir laissé planer le doute pendant de nombreux mois, l'éditorialiste remercié de CNews en septembre dernier a annoncé sa candidature dans un clip de campagne déjà polémique. Ce dernier utiliserait des images de personnalités et des archives sans l'autorisation des personnes concernées et des ayant-droits. Valérie Trierweiler, qui apparaît dans ce clip, a d'ores et déjà vivement réagi sur Twitter : "Zemmour utilise mon image dans son clip abject aux antipodes de mes convictions. J'exige le retrait immédiat", écrit-elle. L'ancienne Première dame n'est pas la seule à s'indigner. Le chanteur Woodkid a fait savoir qu'il "engagerait des poursuites" plus tôt dans la journée. Les sociétés de distribution de films Gaumont et Pathé ont annoncé ne pas avoir donné leurs autorisations. Dans la longue liste des chaînes de télévision qui n'ont pas été prévenues figure TMC. En effet, Yann Barthès apparaît furtivement dans le clip de candidature d'Eric Zemmour sur le plateau de Quotidien. Une apparition qui a suscité une virulente réaction de l'animateur dans le talk-show ce mardi 30 novembre.

C'est avec son second degré légendaire que Yann Barthès a ouvert son émission. Le présentateur qualifie ses chroniqueurs de "losers" car ils ne figurent pas dans le clip de campagne du polémiste, contrairement à lui. Trêve de plaisanterie,...

Besoin de faire le point sur votre suite de carrière ? Ou de créer votre entreprise ? Découvrez notre formation prise en charge à 100% par l'état >