Honorés lors de la récente cérémonie des César, les membres du Splendid font quelques confidences sur leurs liens et leur amitié dans les colonnes de Gala. Et Michel Blanc donne une information sur d'hypothétiques retrouvailles à l'écran.
Un Bronzés 4 en préparation ? Michel Blanc lève le mystère !

Le Splendid, c'est une aventure qui dure depuis 60 ans. De la rencontre, en 1965 sur les bancs du lycée Pasteur de Neuilly, entre Gérard Jugnot, Christian Clavier, Thierry Lhermitte et le reste de la troupe. De cette bande va naître une partie de l'histoire la plus mémorable de la comédie française. C'est cette histoire que retracent nos confrères de Gala, dans le magazine en kiosques ce jeudi 18 mars. L'occasion aussi de faire le point sur les relations du moment entre chaque éminent membre. La semaine dernière, lors d'une cérémonie des Césars très politique et controversée, un hommage spécial leur a été rendu. A la fois heureux et fiers d'obtenir la reconnaissance du milieu, bien des années après leurs succès au grand écran, les intéressés se livrent avec fougue. "C'est notre jeunesse qu'on salue, pas une période révolue, puisqu'on est toujours là, présents et bien vivants", s'enthousiasme Michel Blanc.

Et étonnant de noter comment ce collectif de comédiens hors-pair a résisté aux épreuves du temps. Josiane Balasko ne semble pourtant pas étonnée. "Rester copains, on a toujours su faire", clame-t-elle. Thierry Lhermitte va plus loin : "Le groupe n'a jamais écrasé nos ego respectifs, pourtant énormes". Au moment d'écrire ce qui sera leur meilleur film, à savoir Le Père Noël est une ordure, les liens s'étiolent. Michel Blanc est lassé de l'écriture en groupe et n'écrira aucune ligne de cet opus pourtant mémorable. Pas de quoi se...

Pourquoi nous donnons le bilan de compétence pour seulement 0€ – Ce n’est pas une erreur de prix ! Cliquez ici pour en savoir plus >