Invitée dans Touche pas à mon poste ce lundi 29 novembre, Sandrine Rousseau s'est exprimée sur les accusations de viol et d'agression sexuelle portées à l'encontre de Nicolas Hulot.
"Tout le monde le protège" : Sandrine Rousseau accuse le gouvernement dans l'affaire Nicolas Hulot sur le plateau de TPMP (VIDEO)

Trois ans après la publication d’une enquête par le journal Ebdo, l’émission Envoyé Spécial a diffusé les témoignages de quatre femmes accusant Nicolas Hulot de viol et d’agression sexuelle. Des révélations qui ont poussé l’ancien ministre à se retirer de la vie publique et le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire. Une affaire sur laquelle Sandrine Rousseau, secrétaire nationale adjointe du parti Europe Écologie Les Verts, a été invitée à s’exprimer dans Touche pas à mon poste ce lundi 29 novembre. La femme politique, qui avait porté plainte contre Denis Baupin pour agression sexuelle, est notamment revenu sur le jour où elle a pris connaissance des allégations portées à l’encontre de Nicolas Hulot.

"J’ai su à partir de l’affaire Baupin parce que dans l’enquête qui a eu lieu pour notre affaire, il y avait une phrase d’une personne que j’ai eue à la fin de l’enquête, quand j’ai eu tous les procès verbaux. Il était noté qu’elle ne voulait pas déposer plainte contre Denis Baupin parce qu’elle avait vécu pire ailleurs, à la Fondation Hulot. Et c’est à partir de ce moment-là que j’ai eu une espèce d’alerte. Il y a eu l’enquête d’Ebdo quelques semaines après donc je leur ai donné cette partie-là du procès verbal pour qu’ils enquêtent", a expliqué Sandrine Rousseau, pour qui Nicolas Hulot a "manifestement" été protégé par le gouvernement. "À partir du moment où l’Ebdo sort...

Besoin de faire le point sur votre suite de carrière ? Ou de créer votre entreprise ? Découvrez notre formation prise en charge à 100% par l'état >