Présidente de la dernière cérémonie des César, la comédienne Sandrine Kiberlain est revenue sur sa soirée cauchemardesque à l'occasion d'un entretien au magazine Vanity Fair.
Sandrine Kiberlain a vécu un calvaire durant les César 2020 : "J'ai vu la soirée partir en catastrophe"

Nul doute que la soirée du 28 février 2020 continuera de faire date dans l'histoire des César. Avant même la cérémonie, la tension était montée d'un cran avec la présence d'associations féministes devant la salle Pleyel, lieu de la soirée, pour protester contre les 12 nominations pour le film J'accuse. Le discours d'Aïssa Maiga sur les discriminations au sein du cinéma français avait crispé encore plus l'assistance avant que le sacre de Romain Polanski dans la catégorie meilleure réalisation ne mette définitivement le feu aux poudres, poussant l'équipe du film Portrait de la jeune fille en feu à quitter la salle, Adèle Haenel en tête. De son côté, outrée par la récompense décernée au cinéaste franco-polonais, accusé de viol par la photographe Valentine Monnier, la maîtresse de cérémonie Florence Foresti avait décidé de ne pas remonter sur scène pour la fin de la soirée. Un choix qui avait été ensuite vivement critiqué par des personnalités aussi diverses que Cyril Hanouna, Frédéric Beigbeder ou Dominique Besnehard.

Sandrine Kiberlain mal à l'aise

Devant le refus de Florence Foresti de terminer la cérémonie, c'est la présidente de cette 45ème édition, Sandrine Kiberlain, qui avait dû clore la soirée à la hâte. A l'occasion d'une interview pour le magazine Vanity Fair, dont elle fait la couverture, la comédienne de 52 ans revient sur cet épisode mouvementé : "Tout me semblait irréel. Quand on a entendu 'Polanski,...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >