Le tournage de cette comédie, réunissant Benoît Poelvoorde et Dany Boon dans la peau de deux douaniers rivaux, fut haut en couleur. Inventaire des anecdotes les plus croustillantes…
Rien à déclarer (TF1) Benoît Poelvoorde : "Comment j’aurais pu dire non au type qui a fait 20 millions d’entrées avec ses Ch’tis, sans passer pour...

Un duel franco-belge

Macquenoise, bourg à la frontière franco-belge, mars 2010. Ce matin-là, l’ambiance était au western : Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde), douanier belge, fixe d’un regard noir son homologue français, Mathias Ducatel (Dany Boon). Il lui lance, menaçant : "Si tu fais l’accent belge, je t’explose la gueule." Qui pourrait croire que, dans la vraie vie, ces deux acteurs s’adorent ? Dany Boon a toujours tenu à ce que Ruben Vandevoorde, chauvin et obtus, soit incarné par Benoît Poelvoorde. Motif : "Sa puissance comique est incroyable !", précise Dany Boon, admiratif de son collègue. Seul problème : le comédien belge, impressionné par l’énorme succès d’un acteur et réalisateur qu’il n’avait jamais rencontré, n’osait pas lire le script : "J’étais tétanisé ! Et si ce scénario avait été merdeux ? Comment j’aurais pu dire non au type qui a fait 20 millions d’entrées avec ses Ch’tis, sans passer pour un con ?", se souvient encore Poelvoorde, vite rassuré : "Dieu merci, c’était bien écrit. Surtout les blagues à propos des Belges !" Sur le tournage, sa rencontre avec Dany Boon aurait pu virer au supplice pour ce timide maladif : "Heureusement que Dany a su créer une ambianc

... Lire la suite sur Télé 7 jours

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant