Ecarté de l'animation de Questions pour un champion en 2016, Julien Lepers avait décidé d'attaquer FremantleMedia, la société de production du jeu, aux prud'hommes. Il réclamait alors 3,4 millions d'euros à son ancien employeur. Mais selon Le Parisien, il vient d'être débouté de sa demande.
Questions pour un champion : Julien Lepers ne touchera pas les 3,4 millions d'euros qu'il réclamait aux prud'hommes après son licenciement

En février 2016, Julien Lepers avait dû céder sa place à la tête de Questions pour un champion, au profit de Samuel Etienne. Il avait animé le jeu mythique de France 3 durant presque 28 ans. Très touché par ce licenciement, l'animateur avait alors décidé d'attaquer FremantleMedia, la société de production du jeu, aux prud'hommes. Il réclamait ainsi plus de 3,4 millions d'euros à son ancien employeur. Mais selon les informations du Parisien, l'ancien animateur a vu la plupart de ses demandes rejetées par le tribunal. Julien Lepers a toutefois pu se consoler en voyant ses indemnités de licenciement revues à la hausse par les prud'hommes. FremantleMedia va ainsi devoir lui verser 800 000 euros, un montant calculé sur la base d'un salaire mensuel de 39 907 euros sur 28 ans de carrière. Alors que son employeur ne lui avait payé que 1316,38 euros.

Toutes les autres demandes rejetées

Cependant, les Prud'hommes ont refusé de statuer en sa faveur concernant la "discrimination en raison de l'âge" dont il estimait être victime. Il réclamait alors 1,4 millions d'euros pour ce seul motif. Julien Lepers pensait, en effet, que son licenciement était lié à une interview donnée par Delphine Ernotte-Cunci, présidente de France Télévisions, quelques mois auparavant, dans laquelle elle avait déclaré : "On a une télévision d'hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il faut que ça change." L'animateur estimait faire l'objet d'un "licenciement sans cause...