Quai d'Orsay, diffusé ce soir sur Chérie 25, croque les travers de la vie ministérielle, entre basses courtisaneries, jalousies et vaudeville diplomatique. Avec Thierry Lhermitte, hilarant en double explosif de Dominique de Villepin. On adore !
Quai d'Orsay (Chérie 25) : Thierry Lhermitte, hilarant en sosie de Villepin monté sur ressort

Bertrand Tavernier a été emballé à la lecture de la BD culte de Christophe Blain et Abel Lanzac, alias Antonin Baudry. Ce dernier y retrace son expérience de conseiller de Dominique de Villepin au ministère des Affaires étrangères. L’occasion pour le réalisateur de L.627 et de La Princesse de Montpensier de signer, plus de cinquante ans après ses débuts, sa première comédie pure. Et avec quel brio !

Quai d’Orsay raconte l’éducation politique d’un jeune énarque (Raphaël Personnaz), embauché sous les ors de la république comme «responsable des langages», c’est-à-dire chargé des discours du tempétueux ministre de Jacques Chirac interprété par Thierry Lhermitte. Notamment la déclaration restée fameuse de Dominique de Villepin à l’ONU, en février 2003, où il s'oppose à une entrée en guerre aux côtés des États-Unis contre l’Irak.

Cette page glorieuse de la diplomatie française est l’acmé de cette satire vaudevillesque de la vie ministérielle hexagonale, avec portes qui claquent, couloirs labyrinthiques et conseillers qui se tirent dans les pattes pour obtenir les faveurs du prince de la république (mention spéciale à Thierry Frémont et à son humour de corps de garde), tandis qu’en coulisses, le directeur de cabinet prend toutes les décisions importantes. Niels Arestrup incarne avec une délectation matoise ce Machiavel moderne, faussement assoupi.

Mais la grande réussite du film est la prestation de Thierry Lhermitte...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >