En 13 saisons, l'émission itinérante de M6 a connu bien des imprévus, mais la pandémie mondiale restera certainement le plus grand défi que la production ait eu à relever…
Pékin Express, sur les pistes de la terre rouge : pourquoi le tournage de la 14e saison a été celui de toutes les embûches !

C'est une route africaine qui avait été choisie pour cette 14e édition intitulée Sur les pistes de la terre rouge, et que les téléspectateurs découvriront ce mardi 23 février dans le premier épisode de Pékin Express, dès 21h05 sur M6. Mais après trois étapes magistrales en Ouganda, et une dizaine de jours de tournage, c'est le choc. Le 16 mars, Emmanuel Macron annonce que la France va se confiner, les frontières aériennes se fermer. "Pour nous, ce n'est pas juste prendre l’avion, commente Stéphane Rotenberg. Il faut rapatrier 140 personnes et des tonnes de matériel alors que nous sommes paumés dans des montagnes à 9 heures de voiture d'Addis-Abeba [la capitale de l'Éthiopie, où allait débuter la quatrième étape du jeu, ndlr]. Et il faut rentrer vite, parce que ça s'est fermé très vite !"

Faut-il mettre à la poubelle la saison avortée ? Pour les binômes - découvrez sans plus attendre les huit duos qui s'élanceront ce soir -, ultra-motivés, c'est la douche froide. "On a vu qu'on aurait une fenêtre de tir à la fin de l'été, on s'est mis à bosser sur une route européenne, explique Thierry Guillaume, le producteur. En mai, la machine se relance – les repérages, l'écriture, les autorisations nécessitent quatre mois –, sans savoir vraiment si fin août, un départ sera possible. Le risque est pris, et ça paye ! Oublié la route africaine, ce sera donc la Grèce, puis la Turquie, avec une finale à Istanbul.

"Les candidats...

Ne vous sentez plus mal à l'aise lorsque vous portez un masque ! Découvrez le support de masque qui vous simplifie votre quotidien !