Dans cette comédie sociale aigre-douce, Elsa Zylberstein donne la réplique à deux comiques de référence, Franck Dubosc et François-Xavier Demaison. Et c'est elle qui nous fait le plus rire…
Les Têtes de l’emploi (France 3) Elsa Zylberstein : "On m’a trop longtemps cataloguée cérébrale"

"Sur un malentendu, on ne sait jamais, fonce, ça peut marcher !" Cette réplique culte de Jean-Claude Dusse dans Les Bronzés font du ski, Alexandre Charlot et Franck Magnier, anciennes plumes des Guignols de l’info, l’ont mise en pratique en proposant le rôle comique de Cathy à Elsa Zylberstein. Étiquetée actrice intello pour avoir joué sous la direction de Raoul Ruiz, Maurice Pialat, Jacques Doillon… la comédienne, qui s’est pourtant aussi illustrée dans plusieurs comédies, accepte évidemment de lire le scénario. "On m’a trop longtemps cataloguée “cérébrale”. Être actrice, c’est tout le contraire : c’est complètement charnel et instinctif. Tout de suite, j’ai vu qu’il y avait là un rôle énorme", confiait-elle. Impossible de la contredire tant Cathy, employée borderline, ascendant dépressive, de Pôle emploi crève l’écran.

À lire également

VIDEO - Les Grandes Gueules (RMC Story) : Gérard Darmon tacle Franck Dubosc "l'autre bouffon", sur les Gilets jaunes

"Je voulais que Cathy soit maladroite, cash quand elle parle de sexe. Elle n’a aucun filtre. Elle est excessive : c’est pour cela qu’elle est touchante. " Elsa est l’un des atouts irrésistibles de cette coméd

... Lire la suite sur Télé 7 jours

Pourquoi nous donnons le bilan de compétence pour seulement 0€ – Ce n’est pas une erreur de prix ! Cliquez ici pour en savoir plus >