L'humoriste Jean-Marie Bigard, qui a longtemps été très proche des Gilets Jaunes, a confié sur France Bleu ce week-end avoir eu peur de mourir, en septembre dernier. Il dit devoir son salut au courage de deux gardes du corps et revient sur ce qu'il s'est passé ce jour-là.
"J'aurais pu être tué" : Jean-Marie Bigard confie avoir eu "peur de mourir" après son exfiltration mouvementée d'une manifestation des Gilets Jaunes

C'est un Jean-Marie Bigard volubile et très remonté qui s'est présenté dans l'émission Dans le Rétro sur France Bleu, présentée par Déborah Grunwald, ce samedi 28 novembre. L'humoriste de 66 ans était invité à s'exprimer sur les crises du moment, alors que se tenaient ce même jour des manifestations partout en France contre la loi de sécurité globale, votée récemment à l'Assemblée nationale, et quelques jours après le lynchage d'un producteur de musique par quatre policiers. Celui qui a été très proche des Gilets Jaunes et s'est même un temps dit prêt à candidater pour la prochaine élection présidentielle s'est toutefois désolidarisé de Jérôme Rodrigues et d'autres leaders du mouvement né à la fin 2018. Plus tard, il a vécu un épisode particulièrement traumatisant. C'était lors d'une manifestation qui s'est tenue le 12 septembre dernier, à Paris. Le compagnon de Lola Marois a été exfiltré du rassemblement, après avoir essuyé insultes et menaces physiques. Il est revenu avec rage sur ce moment "très douloureux".

"Il y a cinq Gilets Jaunes, place de la Bourse, ce jour-là. Le reste, c'est des tocards ! C'est des connards, c'est des gauchistes, des malfaisants ! Ce sont des mecs qui viennent pour casser, pour me cracher dessus, pour m'envoyer des coups de pieds. Il y a 300 personnes qui sont prêtes à me lyncher", assure-t-il. Jean-Marie Bigard explique qu'il n'a dû son salut qu'au professionnalisme de deux gardes du corps "très...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !