Dans Downsizing d'Alexander Payne, diffusé sur 6ter, Matt Damon rétrécit pour vivre la belle vie dans un paradis miniature. Une fable dystopique à l'humour corrosif.
Downsizing (6ter) : Matt Damon, petit par la taille, mais grand par le talent, dans une fable barrée

Matt Damon, que l'on a vu récemment en beauf abject et assassin dans Bienvenue à Suburbicon de George Clooney, domine le nouveau film d'Alexander Payne. Une version dystopique de Chérie, j'ai rétréci les gosses. Dans Downsizing, il mesure 12 centimètres !

Le pitch du film est complètement barré. Un savant norvégien vient de réussir la première miniaturisation cellulaire qui va permettre de sauver la planète en mettant fin aux dérèglements climatiques, à la crise énergétique et à la surpopulation.Cinq ans plus tard, il se présente en personne à un congrès, rapetissé à 12 centimètres, pour lancer sa découverte révolutionnaire. L’effet est retentissant. Aussitôt, les gens se ruent pour subir cette opération irréversible. D’autant qu’en diminuant de taille, ils augmentent leur niveau de vie et peuvent prétendre à leur part du rêve américain dans les résidences de rêve d’un Disneyland artificiel pour nantis.

Dans une chorégraphie hilarante, on les voit tous avancer, tels les moutons de Panurge, se faire tondre, raser et édenter, avant de gagner leur paradis miniature. L'Américain moyen campé par Matt Damon suit le troupeau et découvre bientôt qu’il a signé un pacte faustien. Car ce nouveau monde plaqué sur l’ancien ne sourit qu’aux riches et aux profiteurs, à l’instar de son voisin noceur et escroc (Christoph Waltz, en forme). Lâché par sa femme (Kristen Wiig), privé de la moitié de ses économies, contraint de...

Pourquoi nous donnons le bilan de compétence pour seulement 0€ – Ce n’est pas une erreur de prix ! Cliquez ici pour en savoir plus >