Une étude inédite menée par l'INSEE et Orange établit à 10% la part d'habitants de la capitale qui ont fui juste avant le confinement. Et ils ne sont pas allés bien loin, pour la majorité.
Confinement : voici les trois régions où les Parisiens se sont le plus exilés (PHOTO)

Les images de cet exode d'habitants de la capitale vers la province, juste avant le 17 mars, date du début officiel du confinement, ont fait jaser et ont fortement déplu aux habitants des régions extérieures à l'île-de-France. L'on reprochait aux Franciliens de venir déranger la quiétude de certains lieux et prendre le risque de porter le virus massivement sur l'ensemble du territoire. Après le temps des divisions, celui des constats chiffrés. Nos confrères du Parisien ont publié une infographie, basée sur une étude combinée inédite de l'INSEE et l'opérateur de téléphonie mobile Orange, qui précise les lieux privilégiés par les Parisiens. Il s'agit souvent d'endroits où se trouvent leurs résidences secondaires, mais aussi leur domiciliation d'origine, car parmi ceux qui ont migré opportunément figurent des résidents temporaires qui ne sont que de passage en tant que travailleurs à Paris le reste de l'année. Au total, ils sont entre 580 000 et 610 000 à avoir fui la Ville lumière, c'est à dire 10% de la population intra-muros.

Normandie, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne

En tête des régions ayant vu débouler le plus de Parisiens, on retrouve la Normandie. Dans les trois départements de l'Eure, l'Orne et le Calvados, on a observé une augmentation de 2 à plus de 3% de la population. La Manche, dans une moindre mesure, a également été plébiscitée. L'autre région fortement impactée par ces mouvements est le Centre-Val-de-Loire. L'Eure...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.