A grands renforts de punchlines, le sénateur de l'Allier Claude Malhuret a fustigé les anti-vaccins, vendredi 23 juillet, lors d'un discours prononcé au Sénat dans le cadre de l'examen du projet de loi sur l'extension du pass sanitaire.
Claude Malhuret dézingue Francis Lalanne et les anti-vaccins dans un discours plein d’humour au Sénat

"J’ai soudain compris que nous vivions sous le joug d’une dictature et que, sans une poignée d’héroïques résistants, nous ne nous en serions même pas aperçus." C’est avec ces mots, que le sénateur et médecin Claude Malhuret a choisi de railler les anti-vaccins, vendredi 23 juillet, dans un discours plein d’humour prononcé au Sénat, à l’occasion de l’examen du projet de loi sur l’extension du pass sanitaire. "Comme Zorro, Facebook et Twitter sont arrivés", avant que ne commence à s’imposer "une avant-garde éclairée regroupée contre le totalitarisme vaccinal", s’est moqué le président du groupe Les Indépendants.

"On nous a tous inoculé, dès notre plus jeune âge, le DT polio. Et depuis, Agnès Buzyn, cette autocrate, a rajouté huit vaccins obligatoires", a renchéri le sénateur de l’Allier. Avant de se référer, non sans humour, au "carnet de vaccination, ancêtre du pass sanitaire", qui instaurait déjà un "contrôle généralisé de la population". Depuis l’époque du scientifique Louis Pasteur et sa découverte du vaccin contre la rage, "notre droit le plus sacré à choisir la maladie plutôt que l’immunité était [déjà] bafouée", ironise-t-il peu après.

Et Claude Malhuret d’ajouter : "La variole a disparu. Le Covid, lui, a des chances de survivre grâce à tous les résistants numériques qui exigent le droit d’attraper le virus et de le combattre, comme les Polonais de 40 contre les chars soviétiques, à la...

Vous aussi participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >