Après l'affiche controversée du film français, la réalisatrice a assuré que le film dénonçait la sexualisation des jeunes filles. Elle obtient désormais le soutien de l'ARP.
Appel au boycott de Mignonnes (Netflix) : l’ARP dénonce "une grave attaque contre la liberté de création"

Amy, 11 ans, se rebelle contre sa famille conservatrice et trouve la libération au sein d'un groupe de danse : c'est le résume du film Mignonnes selon Netflix. Après la publication d'une affiche américaine sexualisant les quatre fillettes du long-métrage, une très grande polémique a éclaté outre-Atlantique mais également en France. Les internautes n'appellent pas seulement au boycott de Mignonnes, mais aussi de la plateforme Netflix.

Pourtant, la réalisatrice Maïmouna Doucouré et le service streaming estiment que les apparences et la mauvaise communication autour du film ont trompé le grand public et qu'il suffit de le visionner pour s'apercevoir qu'il dénonce la sexualisation des enfants. Malgré les scènes de danse suggestives, le contexte serait indispensable à la bonne compréhension de celles-ci. En effet, dans Paris Match, la cinéaste qui reçoit des menaces de mort a révélé que l'histoire explique que les petites filles dansent de manière "hyper lascive" sans même se rendre compte "du message qu'elles envoient". Cette problématique est donc dénoncée par ce film inspiré par des faits réels. "Nous menons le même combat", a-t-elle déclaré en s'adressant à ses détracteurs.

... Lire la suite sur Télé 7 jours

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant