La prochaine éclipse solaire qui passera au-dessus de l'Europe en 2015 pourrait être à l'origine d'une panne de courant sans précédent. Les acteurs de la filière électrique s'organisent.
©GettyImage

De 9 heures 09 à 10 heures 31 dans la matinée du 20 mars 2015, une éclipse solaire plongera une bonne partie de l’Europe dans le noir. Le phénomène qui devrait être similaire à l’éclipse de 1999 verra la surface du soleil dissimulée à près de 80%. Pourtant, si cette nouvelle enchante déjà les astronomes, les responsables du réseau électrique européen s’inquiètent, rapporte le magazine Challenges.

Le photovoltaïque, faille du système

En effet, si en 1999 l’éclipse n’avait pas eu d’effet sur la production énergétique, c’est que le parc photovoltaïque n’était pas ou peu développé. Depuis, les choses ont beaucoup évolué. "L’éclipse va toucher 75 000 à 80 000 mégawatt de photovoltaïque installés sur le continent", a révélé lors d’une conférence de presse, Dominique Maillard, président du Réseau de transport d’électricité (RTE) en France ce vendredi.

À lire aussi - Tétrades : ces lunes rouges qui pourraient annoncer la fin du monde

Si l’hypothèse de la panne généralisée est pour l’instant mise de côté, celui qui est à la tête du réseau français s’inquiète de la répercussion que pourrait avoir l’éclipse sur l’approvisionnement de l'Europe en énergie .

Tout dépend de la météo

Deux scénarios sont pour le moment étudiés. Si le matin du 20 mars, le temps est nuageux, la production d’énergie des panneaux photovoltaïque ne devrait pas trop en pâtir. Cependant, dans le d'une météo clémente, "on pourrait voir disparaître brutalement près de 30 000 kilowatt-heures du réseau électrique européen", a ainsi souligné Dominique Maillard.

À lire aussi - Une gigantesque tache solaire à l'origine de perturbations électromagnétiques sur Terre ?

Rien que pour la France, cela représenterait un effort combiné de plusieurs réacteurs nucléaires. Cette baisse de régime interviendrait alors que dans les foyers et au bureau, la tendance sera plutôt à l’éclairage tous azimut à cause de l’obscurité soudaine, entraînant de fait, une hausse de la consommation d’électricité sur le vieux continent. La rapidité du phénomène (moins de deux heures) devrait surprendre les producteurs d’électricité, beaucoup plus que lors d’une transition jour/nuit classique.

Diversifier les sources de production

Pour éviter le black-out en Europe, RTE s’est déjà entretenu avec ses homologues européens afin de trouver les solutions les plus adaptées. Interrogé par Challenges, Jean-Paul Robin, directeur du Centre national d’expertise du système électrique de RTP a ainsi expliqué qu’il s’agissait d’un défi de poids. "Il y a plusieurs solutions possibles. Soit on diminue préventivement le volume photovoltaïque. Soit on prévoit de la puissance hydraulique, qui est le moyen de production le plus rapide à mettre en œuvre. Soit on allume environ trois heures avant l’arrivée de l’éclipse des centrales à gaz", a-t-il déclaré.

L’ensemble des acteurs de l’électricité en Europe ne sauront que 48 heures avant l'éclipse quelle sera la météo. D'ici là, les experts devront trouver la solution la plus adaptée en tenant compte du fait que le phénomène ne frappera pas toute l'Europe au même instant.

Vidéo sur le même thème - Revivez l'éclipse solaire en Amérique du nord depuis l'observatoire de Griffith Park 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Tour de France 2019 : un coureur met une fessée à un spectateur !