En janvier 2015, l'US Air Force a rendu public des archives confidentielles sur les extraterrestres. Parmi elles, se trouvaient trois incidents inexpliqués qui se sont produits en France dans les années 1950.
Sommaire

En janvier 2015, l’US Air Force a dévoilé sur une base de données plus de 130 000 documents classés secrets. Ces archives, qui dénombrent les phénomènes anormaux observés dans le ciel entre 1947 et 1969, ont révélé trois histoires surprenantes qui se sont déroulées sur le territoire français, a rapporté Francetv info. Ces dernières restent à ce jour sans explication malgré les enquêtes menées par les autorités et l’US Air Force. Retour sur ces récits surréalistes…

Une soucoupe survole la ville de Paris

Cet étrange phénomène s’est déroulé à Paris, à la fin de l’été 1954. Le 31 août, un homme aurait aperçu dans le ciel un objet lumineux et circulaire survolant la capitale. Cette observation, pourtant étrange, a toutefois été rejetée par l’US Air Force au vu des faibles éléments apportés lors de l’enquête. Mais, une semaine plus tard, le 7 septembre, l’incident se serait de nouveau produit dans les départements de la Somme et de l’Aisne. Un maçon de 27 ans ainsi que son ouvrier, auraient repéré une "soucoupe volante", de couleur grise, de 10 mètres de diamètre et trois mètres de haut. Les deux hommes auraient également distingué une porte sur un côté de l’objet volant. La "soucoupe volante" aurait par ailleurs survolé un champ à 200 mètres d’altitude avant de disparaître dans le ciel, laissant derrière elle une trace de fumée. Le même jour dans l’Aisne, trois personnes disent avoir observé un disque lumineux rouge, stagnant à 300 mètres d’altitude et disposant d’une pointe lumineuse sur sa face supérieure.

Si cette étrange histoire s’est répétée dans différents pays, tels que l’Italie, la Finlande ou encore les Pays-Bas, l’US Air Force n’a toujours pas trouvé d’explication plausible. L’armée américaine a cependant évoqué le rôle de la presse qui, en relayant ces témoignages, aurait encouragé des individus à inventer cette histoire pour accéder à la célébrité. Enfin, elle a expliqué que cet intérêt pour les Ovni se serait développé avec la parution du livre de Donald Keyhoe, Le Dossier des soucoupes volantes.

Un cycliste aperçoit des extraterrestres à Amiens

Dans la nuit du 10 mai 1957, un homme, en balade à vélo à Beaucourt-sur-l’Ancre, près d’Amiens, aurait constaté un "puissant signal lumineux" ainsi que quatre silhouettes distinctes. L’homme aurait ainsi alerté les propriétaires de la maison la plus proche. Ces derniers, après avoir regardé à travers la fenêtre, confirment et soutiennent cette version et y ont ajouté des précisions. Trois hommes, mesurant 1 mètre 50 et vêtus d’un costume beige et gris, se seraient tenus sur le bord de la route, tout près de cette étrange lumière.

A leur arrivée et guidées par les informations des trois témoins, les forces de l’ordre ont retrouvé sur le sol une substance noire et légèrement collante. De plus, aucun avion ne semblait à l’époque correspondre à la description faite de l’Ovni, ce qui, selon les enquêteurs "signifie que ces apparitions viennent d’un autre monde". Mais l’US Air Force a classé l’affaire, jugeant le récit des témoins comme "non fiable".

Un fantôme à l'aéroporte d'Orly

Dans la nuit du 17 au 18 février 1956, un objet deux fois plus imposant que les plus grands avions en service à cette époque, est apparu sur le radar de contrôle aérien. L’objet volant se serait déplacé à la vitesse incroyable de 2 500 km/h avant de s’immobiliser au-dessus de l’aéroport pendant quatre longues heures. L’Ovni se serait subitement dirigé sur un avion d’Air France, en plein vol. Le pilote, qui dit avoir évité la collision de justesse, a décrit un objet immense de couleur noire. "C’était stupéfiant !", a raconté un technicien radar dans les journaux de l’époque.

Les enquêteurs ont tenté de résoudre ce mystère en étudiant de près les outils de contrôle aérien qui paraissaient en bon état. Au vu d’une conclusion quelque peu "floue", l’US Air Force s’est contentée de soupçonner un phénomène de nature astronomique, tout en ajoutant que ces données étaient incomplètes.