À l’approche du solstice d’hiver, le ciel de décembre nous réserve quelques rendez-vous astronomiques intéressants. Planet.fr revient pour vous sur ces phénomènes à ne pas manquer.

Les rendez-vous astronomiques du mois de décembre débuteront dans la nuit du 1er au 2 avec une première rencontre entre Uranus et notre satellite. La géante de glace passera à proximité de la Lune et pourra être observée à l’aide de simples jumelles.

Le samedi 6 décembre sera marqué quant à lui par la pleine Lune la plus lumineuse de l’année. La Lune franchira le méridien à son point le plus haut, lui donnant cet éclat blanc qui permettra aux promeneurs de minuit de voir comme en plein jour.

Jupiter, reine de la nuit

Par ailleurs, Jupiter devrait s’imposer dans ce ciel de fin d’année. Selon le blog Autour du Ciel, la géante gazeuse, qui entamera sa boucle de rétrogradation le mardi 9 décembre, sera l’un des astres les plus lumineux du mois. Celà est essentiellement dû à l’arrivée tardive de Vénus. Jupiter se lèvera en début de nuit dans l’axe est-nord-est et pourra être observée entre la constellation du Lion et la Lune. Les 11, 12 et 13 décembre, notre satellite passera juste en-dessous de Jupiter, lui permettant d’être plus facilement localisable.

Pluie d’étoiles filantes le 14

Le mois de décembre connaîtra également plusieurs épisodes de pluies de météores dont les fameuses Géminides. Aux environs du 14 décembre et durant près d’une dizaine de jours, un essaim d’étoiles filantes traversera en effet notre ciel. À son zénith, le phénomène devrait voir passer près de 120 météores à l’heure. Se déroulant lors du dernier quartier de Lune, les conditions d’observations seront excellentes, pour peu que l’on s’éloigne des sources de pollution lumineuse et que la météo se montre clémente.

Les retours de Vénus et de Saturne

Vénus réapparaîtra dans le ciel le mardi 23 décembre. La planète pourra être observée près de 45 minutes après le coucher du Soleil, 8 degrés au-dessus de l’horizon, à la verticale du croissant de lune naissant. Son éclat puissant, très facilement distinguable, prendra cette fois une teinte orangée qui virera au rouge au moment de son coucher.

Publicité
Saturne signe elle aussi son grand retour. Trop basse sur l’horizon en début de mois, la planète va faire son apparition dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20, une heure et demi avant le lever du Soleil. Il sera alors de nouveau possible d’observer les anneaux de la planète à l’aide d’une lunette astronomique.

Vidéo sur le même thème - Kepler-186 F : la première exoplanète habitable de même taille que la Terre 

En imagesA quoi ressemble la Terre comparée aux autres planètes du Système solaire ?

Une toute petite planète dans un Univers gigantesque

  Notre Système solaire, composé d'une étoile et de huit planètes, ne représente qu'une infime partie de la Voie lactée - 30 billions de systèmes solaires- et qu'un microscopique bout de l'Univers qui est lui-même composé de 100 billions de galaxies. C'est cette immensité qui a encouragé John Brady, sur son site Astronomy Central, à comparer notre...

Saturne

"Si Jupiter est l'astre le plus gigantesque du Système solaire, Saturne n'est pas en reste", déclare John Brady. La planète pourrait, en effet, contenir près de 764 Terres. (©John Brady)

Les anneaux de Saturne

Ces anneaux dont le plus grand, l'anneau de Phoebe, fait 6.000.000 kilomètres de rayon, sont composés, en plus de gaz, de billions de débris de roche et de glace. (©John Brady)

Une étoile à neutrons contre la côte nord-ouest de l'Angleterre

Composée de neutrons maintenus entre eux par les forces de gravitation, une étoile à neutrons à une masse une fois et demie plus importante que celle du Soleil. Mais aucune étoile à neutrons n'est présente dans le Sytème solaire dans lequel nous sommes.Elle ne représente d'ailleurs que 20 kilomètres de la côte nord-ouest de l'Angleterre. (©John Brady)

Les Etats-Unis face à Olympus Mons

Olympus Mons est le plus gros volcan de la planète Mars. Sa superficie équivaut à l'Arizona. Haut de 22 kilomètres, il est également trois fois plus élévé que l'Everest. (©John Brady)

Mars et les Etats-Unis

"La voisine de la Terre est la deuxième plus petite planète, derrière Mercure", explique John Brady. Selon lui et d'après le cliché, nous pourrions parcourir presque la moitié de Mars en seulement huit heures. (©John Brady)

Jupiter contre les Etats-Unis et le Canada

Les Etats-Unis et le Canada réunis ne représentent qu'une simple tache sur la planète gazeuse qui fait 142.984 kilomètres de diamètre. Si sa taille est gigantesque elle n'en est pas moins la plus rapide à se déplacer. "Cette planète tourne sur elle-même en seulement 10 heures alors que la Terre le fait en 24 heures." (©John Brady)

Autres diaporamas

mots-clés : Astronomie, Ciel, Rendez-vous

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité