Baisse de revenus, grosse dépense imprévue… Il existe de nombreux facteurs pour se retrouver à découvert et y rester. Découvrez nos conseils pour en sortir rapidement. 
IllustrationIstock

Sortir d’un découvert rapidement : contactez votre banque

En cas de difficultés, ne faites pas l'autruche. Les banques n'apprécient guère d'être mises devant le fait accompli d'un débit non négocié. Si cela n'est pas déjà fait, prévenez votre conseiller et demandez une augmentation momentanée de votre découvert autorisé. Les taux d'intérêt qui s'appliquent sont moins élevés que les agios et sont surtout négociables.

A lire aussi :Rachat de crédit : comment transférer un prêt assorti d'une hypothèque ?

Et aussi : n’hésitez pas à utiliser vos épargnes disponibles (PEA, livrets…) et à vous servir dans vos assurances-vie si vous en avez. Ces dernières ont une vocation à long terme, mais il est néanmoins possible de disposer d’une partie, voire de la totalité en cas de besoin. Si elles ont plus de 8 ans, vous pouvez y puiser de quoi sortir de votre découvert. Si les contrats sont plus récents, demandez une avance (au maximum 60 % de votre épargne). La somme devra cependant être remboursée dans un délai de 3 mois.

Sortir d’un découvert rapidement : demandez une avance à votre patron

Il est tout à fait possible de demander un acompte sur votre prochain salaire. Selon la loi, votre employeur peut vous verser par anticipation une partie du salaire qu'il vous doit pour le travail déjà accompli. Il est cependant plus judicieux de demander une avance sur le treizième mois, plutôt que sur votre salaire du mois en cours pour éviter d'être de nouveau dans le rouge. Si vous profitez de l'épargne salariale (PEE), il est possible d'y puiser de quoi vous renflouer.

Ensuite : planifiez un programme de sortie de votre découvert en 1 à 6 mois en établissant un tableau de vos revenus et dépenses. Déterminez la somme à rembourser chaque mois que vous verserez directement à votre banque, mais sans vous priver de vivre.

Sortir d’un découvert rapidement : tournez-vous vers le rachat de crédit

Vous avez un découvert qui se creuse de mois en mois avec l’ensemble des crédits que vous avez contracté. Le rachat de crédit peut être une solution. Des sociétés spécialisées comme Finaref, Cofidis ou Cetelem* les reprennent et paient les créanciers à votre place. Ainsi, vous ne payez plus qu'une seule société et selon un échéancier et des versements que vous aurez négociés.

L’avantage : faire baisser le montant des mensualités jusqu’à 50 à 60 % et ne rembourser qu’un seul crédit qui va s’étaler sur un temps plus long.

L’inconvénient : le remboursement est un peu plus élevé que l’ensemble des crédits réunis car ce service a un coût. Ne vous précipitez donc pas et comparez les offres. Les organismes peuvent également vous réclamer des garanties plus ou moins importantes comme une hypothèque.

Pour quels crédits : plusieurs types de rachat de crédit existent. Il est possible de regrouper des crédits à la consommation (revolving, réserves d'argent...), des crédits immobilier, voiture, travaux, prêt étudiant... Cela concerne aussi les découverts bancaires et les arriérés d'impôt.

Sachez-le : de nombreuses banques proposent ce service, à des conditions souvent intéressantes.

* Un conseil : pour vous assurer que les différents organismes que vous contactez sont fiables, vérifiez qu'ils sont adhérents à l'Association française des intermédiaires bancaires (Afib) - www.afib-iob.org

Sortir d’un découvert rapidement : vendez des objets

Pour rétablir une situation délicate, il faut parfois se résoudre à vendre certains biens.

Le tri fait, plusieurs solutions s'offrent à vous :

- pour les objets d'art ou de valeur, la vente aux enchères demeure la solution la plus sécurisante. Les experts des hôtels de vente estiment gratuitement vos biens et prennent une commission directement sur la vente.

- pour les biens plus communs, préférez les sites de vente comme le bon coin, Ebay...

Une autre solution : vous pouvez placer vos objets de valeur en gage à l’un des guichets du Crédit municipal*. Un bijou, mais aussi du mobilier, des sculptures, des tableaux, de l'argenterie, des instruments de musique, voire un grand cru peuvent faire l'affaire. Après estimation, vous recevrez une heure plus tard une somme comprise entre 50 et 70 % de la valeur de l'objet. Il s'agit d'un prêt et vous pouvez récupérer l’objet à n’importe quel moment en le rachetant.

Au bout d'un an, il est possible de reconduire le contrat à condition de régler les intérêts annuels. Sinon, l'objet est vendu aux enchères.

* www.creditmunicipal.fr

Reprenez le contrôle de vos crédits, regroupez les ! (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.