Nicolas Sarkozy, ange gardien du PSG ?AFP
Bien avant que le PSG ne devienne le grand club qu’il est aujourd’hui, Nicolas Sarkozy était déjà l’un de ses principaux supporters. Planet.fr fait le point sur le rôle que l’ancien chef de l’Etat a joué dans le rachat du club par le Qatar.

© AFP

Selon L'Express qui rapporte ses propos, Nicolas Sarkozy aurait récemment déclaré avec humour : "Le vrai président du PSG, c'est moi!".
"Les journalistes me demandent souvent si je veux devenir président du PSG. Mais les mecs n'ont pas compris : je suis déjà président du PSG", s'amuse l’ancien président. "Ils n'ont qu'à venir voir au Parc des princes. Nasser (ndlr le propriétaire du club) me place systématiquement à côté de lui, juste à côté du président du club adverse", a-t-il ensuite lancé à des invités dans son bureau.
Toujours selon le quotidien, l’ancien chef de l’Etat aurait aussi déclaré à son fils Louis au cours de l’été dernier vouloir prendre les rennes du club si son retour en politique se soldait par un échec.

Publicité
Publicité

S'il est de notoriété publique que Nicolas Sarkozy a toujours était un fervent supporter du Paris Saint-Germain, il se dit néanmoins en coulisses que l’homme politique serait tout de même plus qu’un simple spectateur assis dans les tribunes. En effet, l’ancien chef de l’Etat serait notamment un des artisans du rachat du PSG par le "Qatar Sport investments", en 2011. Depuis l’arrivée des capitaux qataris, le club a été restructuré et a enfin commencé à rayonner dans les compétitions françaises et européennes.

La présence de Nicolas Sarkozy dans les coulisses du PSG n’est pas nouvelle

La présence de l’ancien ministre de l’Intérieur sous Chirac dans les vestiaire du PSG n’est pas vraiment récente.

Aux dires de l’Express, l'alors nouveau président de la république aurait eu la chance d’être informé de l’arrivé de nouveaux joueurs aux PSG lors de la trêve hivernale. En effet, il aurait appelé l'ancien publicitaire et président du club Alain Cayzac en mai 2007 pour "parler du mercato". C'est un privilège qui ne sait être anodin.

Selon Bruno Jeudy et Karim Nedjari dans Sarkozy, côté vestiaires, Nicolas Sarkozy aurait ensuite reçu en juillet 2009 Sébastien Bazin - l'ancien propriétaire du PSG - afin de discuter avec lui du futur organigramme. C’est ensemble qu’ils valideront la nomination de Robin Leproux comme n°1.

Le club parisien sera finalement racheté par les Qataris. Selon les auteurs du livre Le PSG, le Qatar et l'argent, Nicolas Sarkozy a du "mettre de l’huile dans les rouages pour que le PSG et le Qatar fasse affaire".

Parmi ceux qui se sont mis malencontreusement entre l’ex-président, le club et les qataris se trouve Chantal Jouanno. L’ex-ministre des Sports avait en effet déclaré sur RMC après que Doha ait racheté les fonds en juin 2011 : "On aurait préféré que ce soient des fonds français." Suite à cela, celle-ci a assuré avoir reçu deux coups de téléphone dans la foulée, l'un d'un conseiller de Nicolas Sarkozy, Olivier Biancarelli, l’autre de Brice Hortefeux. Ces derniers lui auraient demandé de ne pas s’ingérer dans cette affaire qui n’était pas de son ressort. 

Malgré toutes les affirmations sur le rôle qu’aurait joué Nicolas Sarkozy dans le rachat du PSG par le Qatar, l’intéressé avait assuré en avril 2013 aux journalistes de L ’Equipe qu’il n’avait pas joué de rôle important dans le rachat du club.

Vidéo sur le même thème : Sarkozy défend le football français, 2006