Un journaliste préférant garder l’anonymat a récemment publié une parodie du journal intime que Valérie Trierweiler aurait pu tenir pendant les vingt mois qu’elle a passés à l’Elysée aux côtés de François Hollande. Interview de l’auteur, Valérie T., qui se veut un "témoin privilégié de la grande et de la petite Histoire".

©AFP

AFP

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

Planet : Comment vous est venue l’idée d’écrire ce vrai-faux journal intime de Valérie Trierweiler* ?

Valérie T. : "L’idée est née d’une discussion que nous avons eue, le directeur des éditons l’Archipel, Jean-Daniel Belfond et moi-même à propos de la place prise par Valérie Trierweiler dans la campagne présidentielle de François Hollande et de son interventionnisme dans la vie politique avec l’affaire du tweet à Olivier Falorni. Le sujet était d’autant plus intéressant à nos yeux que le rôle de la Première dame suscite de nombreuses interrogations et incertitudes.

Planet : La préface du livre précise que Valérie T. n’épargne personne. Qui sont ses cibles ?

Valérie T. : Valérie Trierweiler réussit au moins une chose dans sa vie : faire l’unanimité absolue contre elle. L’entourage politique de François Hollande a éprouvé un grand soulagement à la voir disparaître de la scène publique. Ainsi dans le livre, je lui fais régler des comptes tout d’abord avec son compagnon – à tout seigneur tout honneur – mais aussi avec Manuel Valls, Stéphane Le Foll, Julien Dray, Laurent Fabius ou encore Ségolène Royal. Bref, autant de personnes qu’elle ne portait pas et ne porte toujours pas dans son cœur. Bien entendu,  la liste n’est pas limitative car Valérie Trierweiler déteste beaucoup de gens, notamment ceux qui l’ont trahie, comme par exemple Claude Sérillon.

Planet : Quelle est la part de fiction dans cet ouvrage ?

Valérie T. : La fiction est dans le recours à la parodie. J’avais même un temps envisagé de faire parler l’ange gardien de Valérie Trierweiler mais l’on m’a fait remarquer que la notion d’ange gardien était bien désuète et qu’elle risquait de ne pas être comprise de bien des lecteurs. Pour le reste, les informations qui sont données tant sur la formation du gouvernement Ayrault que sur l’affaire de la Rochelle, l’affaire Leonarda ou encore la réforme fiscale ne sont pas parodiques. Ce qui est peut-être dommage car on constate que la réalité l’emporte sur la fiction, pour le pire…

Planet : Avez-vous eu un retour de Valérie Trierweiler depuis la sortie de votre livre ?

Valérie T : Non, je n’en ai pas eu. J’ignore tout de ses éventuelles réactions. Mais je la crois assez fine et cynique pour ne pas s’émouvoir outre mesure d’un livre qui l’égratigne. D’une manière générale, je crois qu’elle ne cultive comme genre littéraire que l’hagiographie, un domaine dans lequel je suis totalement ignare.

Planet : Le livre de souvenirs authentiques de Valérie Trierweiler n’en est encore qu’au stade de la rumeur. D’après vous, de quelle teneur pourrait-il être ?

Publicité
Valérie T. : La publication de ce livre serait une bonne chose. Elle montrerait que l’ex-Première dame est capable de revenir sur un passé récent et d’écrire plus de quatre feuillets. Valérie Trierweiler pourrait aussi se servir d’un manuscrit comme d’une épée de Damoclès de nature à la protéger contre d’éventuels revers. Tout me laisse par ailleurs supposer que, s’il paraissait, le livre ne contiendrait pas de révélations fracassantes sur François Hollande. En revanche, les proches du chef de l’Etat pourraient s’inquiéter car elle ne manquerait pas de les épingler férocement. Cela dit, dans ce genre d’ouvrage, c’est moins ce qui est écrit que le non-dit qui est important et mérite d’être scruté à la loupe. Alors attendons..."

*M. le président, je te fais cette lettre - Valérie.T, aux éditions de l'Archipel

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité