(Illustration)Istock
Pas besoin d'être inscrit sur Facebook pour s'y faire voler des informations... Pour y parvenir, le site utilise un moyen bien particulier auquel vous ne pouvez pas échapper.
Sommaire

Facebook vous espionne même si vous n’avez pas de compte

Facebook vous espionne. Il est capable de traquer vos données même si vous ne possédez pas de compte sur le réseau social. Pour Challenges, l'entreprise n’hésiterait d'ailleurs pas une seule seconde. Vous pensiez être à l’abri ? Méfiance est mère de sûreté.

Aucun moyen de contourner cette technique bien huilée. Si vous n’être pas inscrit, cela ne change rien. Mark Zuckerberg a récément été entendu sur ce sujet épineux par le Congrès américain, mais son directeur de la gestion produit, David Baser, joue la carte de la transparence. Il a détaillé les pratiques douteuses de la firme dans un article sur News Room

A lire aussi : Téléphones portables pour seniors : quelles sont les nouveautés ?

Alors, comment une entreprise peut récolter des données sans en avoir reçu l'accord au préalable ? David Baser explique, dans son article intitulé "Quelles données Facebook collète quand je n’utilise pas Facebook, et pourquoi ?", que le réseau social traque l’ensemble des internautes qui utilisent ses applications, mais aussi tous ceux qui se servent des boutons "partager" et "j’aime".

Il écrit : "Quand vous visitez un site ou une application qui utilise nos services, on reçoit des informations même si vous êtes déconnecté ou que vous ne possédez pas de compte Facebook. Voilà pourquoi les autres applications et sites internet ne savent pas qui utilise Facebook". Si sa révélation fait l’effet d’une bombe, il précise que Facebook n’est pas le seul réseau social à utiliser cette technique plutôt suspecte.

Facebook vous espionne, mais LinkedIn et Twitter aussi

Nombreuses sont les entreprises qui traquent les données de ses utilisateurs. Twitter, Pinterest, Linkedin, possèdent le même type de boutons – "like" et "share" - que Facebook. Mais ce n’est pas tout. Comme le révèle David Baser, Amazon, Google et Twitter et "tant d’autres" offrent également des services de publicité en ligne. En réalité, la plupart des sites Web et des applications envoient la même information à plusieurs entreprises à chaque fois que qu'un internaute vient sur leur site.

Par ailleurs, Facebook peut aussi récupérer les adresses IP, connaître le système d’exploitation utilisé, mais aussi le navigateur et les cookies de ses usagers. L’adresse IP est utilisée par la firme dans un but de localisation, et les cookies pour déterminer quels sites l’utilisateur a visité précédemment.

Facebook assure ne pas utiliser ces informations. Cependant, comme le souligne nos confrères de Challenges, son modèle économique repose sur la publicité, ce qui rend ces déclarations difficiles à croire.

Facebook vous espionne via la reconnaissance faciale

Il y a pire. L’entreprise américaine peut identifier une personne parmi une foule entière grâce à un système tout simple : la reconnaissance faciale. Pascal Peri, ancien journaliste et chef d’entreprise explique à Challenges que même sans être inscrit sur le réseau social, il est toujours possible d'y être présent sur des photos d’amis où vous êtes potentiellement identifié. Il précise que Facebook peut analyser vote comportement et en déduire votre identité : "Si par exemple vous êtes pris en photo sur un bateau au cours d’une partie de pêche, les données pourront être revendues à un marchand d’articles de pêche".  "On est clairement dans la violation de la vie privée", conclut-il.

Le directeur de la gestion produit Facebook tient toutefois à rassurer ses usagers : "Nous croyons que chacun mérite un bon contrôle de sa vie privée". Il précise que certains sites et applications, qui utilisent les services Facebook, vous disent quand ils collectent et partagent vos données avec eux, et vous demandent votre accord auparavant.

En vidéo - La guerre des données : pas de confiance, pas de data !