Ce que le fait divers dit de notre rapport à la société

Pour expliquer l’intérêt des lecteurs, les médias utilisent souvent la loi de proximité. Plus un événement est proche de nous, plus il est susceptible de nous toucher. Mais Jérôme Lichtlé, va plus loin pour expliquer notre intérêt pour les faits divers. Il adopte, pour expliquer ce phénomène, une approche plus comportementaliste que psychanalytique et formule plutôt des hypothèses que des certitudes. Il y a tout d’abord la facilité que représente la lecture d’un fait divers : "C’est une information rapide qui ne demande pas de connaissances complexes, contrairement, par exemple, à une actualité internationale. C’est un peu comme un fast-food, c’est rapide et efficace", explique-t-il.

Selon le psychologue, les faits divers permettent aussi de brosser une "large variété de sujets", avec une "grande variabilité des thématiques". En outre, parler de ce qu’on a lu dans la presse suscite aussi généralement l’attention et permet d’être au centre, précise-t-il.

Enfin, pour Jérôme Litchtlé, l’intérêt que l’on porte au fait divers pourrait tout simplement être un moyen d’adaptation. "Notre ADN est fait de tel sorte que l’être humain s’adapte à son environnement et un fait divers, c’est une variation de cet environnement. S’y intéresser c’est être vigilant et préparer cette adaptation", précise-t-il. Etrangement, cela n’empêche pas le fait divers d’avoir un côté ‘’rassurant’’. "On se compare beaucoup aux autres, et des études ont montré qu’une réaction de stress se déclenche quand on se compare à plus riche que soi. En théorie donc, cela pourrait être l’inverse dans ce genre de cas", ajoute-t-il.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.