Une vaste opération de prélèvement d'ADN est ménée depuis ce lundi dans les locaux du lycée privé Fénelon-Notre-Dame à La Rochelle. Le processus, visant 527 personnes de sexe masculin de l'établissement, a été élaboré pour débusquer l'auteur du viol d'une élève dans les toilettes du lycée. Le drame, qui s'est produit le 30 septembre 2013, n'a pourtant été révélé que jeudi dernier aux parents d'élèves de l'établissement. 
© Capture d'écran - Dailymotion

Les parents d'élèves du lycée d'enseignement catholique Fénelon-Notre-Dame à La Rochelle (Charente-Maritime) semblent très affectés. Selon Le Figaro, ces derniers ont, en effet, découvert jeudi dernier qu'une pensionnaire âgée de 16 ans avait été violée dans les toilettes de l'établissement. Un drame qui s'était pourtant produit le 30 septembre dernier. Les familles n'ont pris connaissance de l'affaire, que lorsqu'une vaste opération de prélèvements ADN sur les élèves et personnels du lycée a été décidée par la justice.

Les familles accusent le coup

"Les familles auraient dû être informées le plus tôt possible, ne serait ce que pour mettre en garde leurs enfants. Leur dire notamment d'aller à deux dans les toilettes. Que ce serait-il passé s'il y avait eu une récidive?", s'interroge Juliette, mère d'un élève du lycée. "Et si le viol a été révélé ces derniers jours seulement aux responsables du lycée, nous aurions dû le savoir pour comprendre pourquoi l'information nous est parvenue si tardivement", poursuit-elle. Les parents d'élèves ont été avisés par mail de l'opération de prélèvements d'ADN le jeudi 10 avril avec l'annonce d'une réunion d'information le jour suivant, pour signaler cette opération judiciaire organisée trois jours plus tard. Le processus n'a manifestement pas ravi Juliette. "Tout s'est fait si vite que j'ai pensé tout d'abord à une blague", a t-elle affirmé.

Les parents ont été informés, par mail, que le prélèvement se ferait par voie buccale. L'opération, organisée depuis ce lundi dans l'enceinte du lycée, sera menée en présence des policiers en civil, selon le courrier électronique. Les élèves viendront à la convocation, munis d'une pièce d'identité et d'une autorisation de prélèvement signée par les parents pour les mineurs. Mais aucune proposition n'est faite aux familles d'accompagner leur enfants ce jour-là.

L'opération de prélèvements ADN, qui s'arrête ce mercredi, vise 527 personnes de sexe masculin travaillant dans l'établissement dont 31 professeurs et 21 agents administratifs, présents au moment du drame. Une première en France dans un établissement d'enseignement.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Vidéo : Viol dans un lycée de La Rochelle : début des tests ADN pour 527 personnes

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.